Devenir avocat - Réussir son examen d'accès au CRFPA

14/02/2017
Devenir avocat - réussir examen CRFPA

L'ICES propose une préparation intensive à l'examen d'accès au CRFPA (Centre Régional de Formation Professionnelle des Avocats). En 2016, parmi les étudiants ayant suivis l'une des deux prépas proposées par l'ICES, 60% ont été admis contre une moyenne de 20% au niveau national.

La Prépa intensive d'été est reconnue grâce à ses bons résultats et à ses intervenants, universitaires et praticiens renommés. Pour répondre à une nouvelle demande et afin d'améliorer l'offre de formation, l'ICES a ouvert sa Prépa CRFPA en ligne en 2016. Cette Prépa CRFPA en ligne ne vient pas se substituer mais s'ajoute à la prépa intensive estivale. En effet, la prépa en ligne s'adresse à des étudiants désirant mener au fil de l'eau leur préparation aux examens et muscler leur formation tant sur l'actualisation juridique des thèmes que sur la forme de l'exercice. La prépa intensive estivale, s'adresse quant à elle à des étudiants au point sur le fond et la forme de l'exercice et qui souhaitent acquérir le rythme de l'examen.

 

Quelques conseils pour réussir l'examen d'accès au CRFPA

 

Noémie G.

Noémie a passé le CRFPA en septembre 2016 pour la première fois après avoir terminé son Master I Droit Privé, Mention Affaires à l'ICES. Elle a obtenu un résultat de 12,9 au CRFPA et termine aujourd'hui son Master 2 à l'ICES. Elle commencera les cours début juillet 2017 à l'EDAGO (école des avocats du grand ouest).

Pourquoi avoir suivi une prépa CRFPA ?

J'ai suivi une prépa CRFPA pour être réellement préparée à cet exercice inédit, connaître les programmes de révision également qui sont vastes et pas forcément détaillés. Enfin, être dans une prépa est l'assurance de ne pas louper la jurisprudence importante, le projet de loi qui permet de se démarquer au moment de l'épreuve.

Quelle est la particularité des prépas CRFPA à l'ICES ?

La prépa en ligne m'a permis de préparer les différents thèmes.  Par exemple, la note de synthèse, l'épreuve trop souvent sous-estimée et pourtant décisive pour l'obtention ou non du CRFPA. Il n'y a pas de recette miracle pour cette épreuve, le seul moyen d'y arriver est de s'y préparer et de s'entraîner. Ne pas se préparer à la note de synthèse peut conduire à ne pas passer la barre des 10 aux épreuves écrites ; le coefficient est important et il est difficile de rattraper un 7 ou même un 8.

La prépa intensive estivale est "physique" contrairement à nombreuses autres prépas. Il est particulièrement plaisant et formateur d'avoir des interlocuteurs en face de nous, qui peuvent répondre à nos questions au fur et à mesure des révisions, ce qui apporte une dimension d'individualisation extrêmement bénéfique à la prépa. De plus, le format envisagé est pour le moi le plus adapté pour se préparer à l'examen. La prépa s'étale sur 5 semaines. Pour chaque semaine, nous avons un exercice type examen dans toutes les matières que nous passons au CRFPA. De plus, cela prépare et je dirais même "démystifie" le CRFPA en lui-même. Au fur et à mesure des exercices, on se familiarise avec l'organisation du temps d'épreuve, la concentration qui n'est pas la même au cours de l'épreuve.

Comment avez-vous travailler le Grand Oral ?

C'est une épreuve redoutée, et redoutable, très impressionnante. Ne pas s'y préparer conduit je pense à une mauvaise note. L'exercice est inédit pour beaucoup : c'est un oral long, mêlant droit et culture générale, devant un jury composé d'un avocat, un magistrat et un universitaire. Nous avons bénéficié de 3 "grand oral blanc", devant trois ou quatre professionnels et surtout en présence des autres admissibles à l'examen. Je pourrais résumer ces exercices en une phrase prononcée par l'un des professeurs intervenants : "on vous met dans les pires conditions pour cet exercice blanc, le vrai vous paraîtra merveilleux à côté". Et effectivement, au fur et à mesure des oraux blancs, nous combattons le stress, gérons le temps de préparation et le temps de passage, anticipons les questions qui pourraient nous être posées. Le programme de révision pour cette épreuve est infini. Les professeurs nous donnent des clés et astuces : les questions qui vont tomber, les pièges sur lesquels on nous attend, etc. Après les oraux blancs, un debriefing de 10 à 20 minutes avec les professeurs nous a permis d'améliorer la forme comme le fond. Des cours sur les bases nous ont également été donnés, ce qui permet de se constituer le socle nécessaire pour, quoi qu'il arrive, ne pas se "louper". Ils nous apprennent comment construire l'oral et appréhender n'importe quel sujet grâce à une méthodologie travaillée.

Que conseilleriez-vous à un étudiant qui veut passer le CRFPA ?

Je conseillerais à tout étudiant qui souhaite passer le CRFPA tout d'abord de le passer le plus tôt possible, dès la fin du Master 1 dans l'idéal. C'est à cette période que nous sommes le plus apte qu'il s'agisse de l'exercice demandé. Il est primordial de se faire un programme de révisions avec des objectifs réalisables chaque semaine. Il faut également préparer ces deux ou trois mois de préparation à l'examen pour l'appréhender le plus confortablement possible : à quelle heure je commence le matin, qu'est-ce que je révise, combien de temps par jour, quand est-ce que je consacre du temps pour moi (sport, vacances, sorties, etc). Ainsi, la période se passera plus sereinement. Il faut enfin se poser et réfléchir à soi, il est important de bien se connaître : suis-je capable de travailler 10 heures par jour, est-ce que j'apprends vite, sur quel support, ai-je besoin d'une semaine de vacances au milieu de la période, puis-je travailler à la plage ou ai-je besoin de m'enfermer, est-ce que je travaille mieux toute seule ou ai-je besoin de personnes avec moi. Accepter et peut-être prendre plaisir à réviser l'examen est une clé de réussite.


Pierre-Louis B.

Pierre-Louis est actuellement en Master 2 Droit de la Propriété Intellectuelle de Nantes. Il est inscrit à l'EDAGO (École des avocats du Grand ouest) et démarre sa formation à l'école par le PPI (projet pédagogique individuel) dans le cadre de son Master 2 à l'université. Il débutera les cours à l'école d'avocats en juillet prochain.

Pourquoi avoir suivi une prépa CRFPA ?

L'examen d'entrée au CRFPA est vu (à juste titre) comme une épreuve parfois insurmontable seul. La question de suivre une prépa ne s'est pas posée pour moi, car je souhaitais mettre toutes les chances de mon côté. En préparant seul cet examen, on peut-peut-être passer à côté de conseils précieux et surtout, perdre toute motivation (essentielle à la réussite de l'examen !).

Quelle est la particularité de la prépa CRFPA à l'ICES ?

Je dirais peut-être, la proximité des intervenants, même si je ne connais pas les conditions des autres prépa CRFPA. Une des autres particularités est l'existence de la prépa en ligne, que j'ai choisi de faire, en plus de la prépa estivale. Ce sont des exercices en plus, qui permettent de se préparer au mieux et de s'entrainer davantage.

Des professeurs vous ont-ils marqué ?

En note de synthèse, épreuve essentielle de l'examen, les cours ont été dispensés par Monsieur Éric Gherardi. Il s'agit d'un professeur extrêmement compétent, un des spécialistes de la matière. Sans aucun doute, la meilleure préparation possible pour cette matière.

Quels ont été vos résultats ?

J'ai réussi mes examens, je suis aujourd'hui en Master 2 Droit de la Propriété Intellectuelle de Nantes, dirigé par le Professeur Jean-Pierre CLAVIER (intervenant également à l'ICES). 

Je me suis inscris à l'EDAGO (école des avocats du grand ouest) en janvier dernier. J'ai choisi de démarrer ma formation à l'école par le PPI (projet pédagogique individuel) dans le cadre duquel je termine mon Master 2 à l'université. Je débuterai les cours à l'école d'avocats en juillet prochain.

Que conseilleriez-vous à un étudiant qui veut passer le CRFPA ?

Mon conseil le plus précieux serait de ne pas s'épuiser trop tôt ! Il s'agit d'un examen difficile, tant sur le plan intellectuel que physique. Il faut arriver en forme aux examens ! Il est donc essentiel d'être bien entouré pour préparer l'examen et d'être méthodique dans la préparation. À mon sens, la question de la prépa ne doit pas se poser : c'est essentiel ! Il est possible de réussir sans, mais beaucoup plus compliqué. On ne peut passer cet examen que 3 fois, autant mettre toutes les chances de son côté. Cet examen demande beaucoup de travail. Il est également nécessaire d'avoir un regard « pratique » et « professionnel » sur les matières, d'où l'importance d'être préparé par des praticiens.

Il est également important, à mon sens, de ne pas voir cet examen et la profession d'avocat comme une fin en soi. C'est un examen difficile pour lequel l'échec existe. On parle très peu de cet aspect, mais je pense qu'il est aussi important de savoir rebondir, d'où l'existence d'un plan B. L'échec à l'examen n'est absolument pas rédhibitoire et arrive malheureusement. Il pourra être repassé à un autre moment.

Enfin, je pense que mon dernier conseil serait de passer cet examen au moment où l'on se sent prêt. Cela demande beaucoup de sacrifices et énormément d'énergie. Il faut en avoir conscience et être prêt à cela.