Une nuit blanche à l'ICES... avec Soljenitsyne

06/02/2018
Nuit Histoire Soljenitsyne

Du jeudi 1er mars à partir de 20h jusqu'au vendredi 2 mars à 8h, l'ICES accueille un concept inédit en France « La nuit de l'histoire ».

La Nuit de l'Histoire est un concept unique et un peu fou : douze heures consacrées à un sujet, ici Alexandre Soljenitsyne (1918-2008), un géant de la littérature, qui a eu le courage d'être libre en URSS totalitaire et ailleurs ; un défi donc et un pari pour les animateurs et les participants. Au programme, avec des intervenants de l'ICES et de nombreuses personnalités extérieures : conférences, lectures, films, témoignages, exposition...

Interview d'Éric Picard, agrégé d'Histoire et chargé de cours à l'ICES et animateur de cette 1ère "Nuit de l'Histoire" à l'ICES avec son épouse Émeline

- Comment vous est venue l'idée de créer "La Nuit de l'histoire" ?

"Il s'agit à l'origine d'un pari et d'un défi lancé à des élèves de Terminales et lancé par eux : je leur proposais pour traiter un sujet difficile (le conflit israélo-arabe) un cours de 12h en dehors des cours habituels et les mettais au défi d'y assister. Leur réponse fut l'incrédulité puis la relève du défi; on vient et on verra si vous tenez; ensuite on a discuté pour trouver une date (un samedi soir). Mon chef d'établissement d'abord étonné adhéra très vite au projet et nous en facilita la réalisation."

- Pourquoi avoir choisi le thème de cet événement sur Soljenitsyne ?

"J'ai réalisé seul une dizaine de nuits de l'histoire sur des sujets différents; mais depuis longtemps je souhaitais évoquer cette magnifique figure de Soljénitsyne. Je l'ai lu avec passion et profit depuis 1974 et il a été un compagnon de mes études et surtout de mon métier de professeur d'histoire, à l'époque où l'on enseignait l'histoire et la géographie de l'URSS.

 Et j'ai décidé avec mon épouse en juin dernier, après notre nuit de l'histoire réalisée à deux et consacrée à Churchill  et de Gaulle, à faire encore plus fort que de Gaulle et Churchill réunis, à la puissance 10 : donc Soljénitsyne; malgré nos incompétences, nous devions essayer de communiquer notre admiration pour ce géant : l'homme, l'écrivain, le penseur, le chrétien."

- Pourquoi faire cela à l'ICES ?

"Pour trois raisons... D'abord la direction a été enthousiaste et même plus m'a vivement encouragé et donc fortement aidé,
Ensuite les professeurs (les ressources intellectuelles): plusieurs participent au projet et m'ont fourni des contacts et des conseils précieux,
Enfin et surtout les étudiants : j'enseigne ici depuis 3 ans, les connais et les apprécie; mais je veux à leur tour les défier... de participer à cette nuit de l'histoire. Auront-ils la fraîcheur et l'enthousiasme des lycéens ? Réponse le 2 mars au matin"

- En quelques mots, quel est le concept ?

"Douze heures sur un sujet ; quelques pauses (boissons, collation légère).
Les participants sont volontaires : seule obligation, rester jusqu'au bout et ne pas dormir.
Objectifs : donner un enseignement consistant, de manière détendue et pourquoi pas ludique et amusante. Liberté maximale de parole et de question.
Cette nuit doit être un plaisir et une joie : joie pour les étudiants d'apprendre et fierté d'avoir tenu toute la nuit."

- Quelle est la particularité de faire un tel événement la nuit ?

"Car la nuit propose un cadre original et rare : 12 h de jour ce serait horrible, alors que la nuit c'est le rêve; surtout nous sommes seuls dans l'établissement : les autres étudiants dorment ou se livrent à des activités plus ou moins futiles et avouables. La parole est plus facile. Le petit matin est une joie et une libération ... pour tous."

- Pensez-vous que l'histoire est une discipline qui puisse être populaire, innovante, voire même "à la mode" grâce des nouvelles façons de transmettre ? 

"L'histoire est populaire et fondamentale : elle est utile pour savoir d'où nous venons (nos racines) et comprendre le présent, loin du manichéisme simplificateur des médias (on le verra avec Soljénitsyne). Nous racontons des histoires d'hommes (et ici quel homme !) et nous recevons beaucoup d'eux."

- En avant première, pouvez-vous nous dévoiler une ou deux surprises que vous nous concoctez ?

"Non ... juste une, il y aura des chansons."

 

 

Information Programme et inscription