Colloque “Humanité/Animalité”

19 novembre 2020

EN RAISON DE LA CRISE SANITAIRE,
CET ÉVÉNEMENT EST ANNULÉ.

Humanité/Animalité : Une querelle contemporaine entre spécistes et antispécistes. Y a-t-il une différence de degré ou de nature entre les hommes et les animaux ? En d’autres termes, doit-on considérer une nature humaine spécifique qui par son intelligence rationnelle et consciente caractérise une espèce singulière et la distingue de la nature animale ou bien l’homme est-il un animal comme les autres, à quelques degrés d’évolution près ?

Le débat entre créationnistes et évolutionnistes semble de nos jours resurgir à travers la querelle entre spécistes et antispécistes. Ces derniers remettent en cause cette différence de nature entre hommes et animaux parce qu’ils portent sur elle des jugements et l’associent systématiquement à une attitude supérieure et discriminatoire envers les animaux. Pourtant, loin d’affirmer cette supériorité humaine, loin de l’interpréter stricto sensu en termes de domination et d’exploitation, loin de réduire de surcroît l’animal à un simple objet ou à une machine selon la conception cartésienne, cette différence n’existe-t-elle pas de facto ? Vouloir la nier, ne conduit-il pas à humaniser l’animal et à animaliser l’homme ? Cette tendance post-humaniste pourrait ainsi aboutir à une dévalorisation de l’humanité. Que nous apporte néanmoins l’antispécisme dans la considération de la cause animale, laquelle reste encore, quoiqu’il en soit, une représentation humaine ? Comment donc repenser la question fondamentale de la différence entre humanité et animalité sans tomber dans les travers idéologiques des temps passés et actuels ?

La nature interdisciplinaire du sujet, théologique, philosophique, scientifique, éthique, juridique, littéraire – les animaux ont toujours eu droit à une place singulière, voire privilégiée dans les récits, romans et fables – nous invite à confronter ces différents points de vue et à tenter, autant que possible, de les envisager de manière à la fois objective et critique.

Rentrée 2021
PORTES OUVERTES EN LIGNE