Colloque “L’image, aliénante ou libératrice”

27 janvier 2022

« La meilleure et la pire des choses » : la liste se révèle longue, des éléments de l’expérience humaine qui répondent à la vieille formule d’Ésope, la langue certes, et l’art culinaire, l’amour, le sport, les bonnes intentions, mais peut-être au premier chef l’image.

Tout dépend de ce qu’on entend par ce mot, élément matériel ou production mentale. Comme objet de perception et comme outil potentiel, l’image est susceptible à certains degrés de technicité d’accaparer la conscience jusqu’à l’hallucination, offusquant sa lucidité critique sur le monde. Effets rhétoriques de l’image et publicité mensongère, trompe-l’oeil ou « effets spéciaux », image réductrice ou hagiographique, image- blasphème ou image pieuse, images de propagande et guerre des images, les risques de l’instrumentalisation aliénante de l’image justifient le récent développement d’un droit à l’image.

À l’inverse, comme acte mental l’image est une chance de liberté dans la mesure où l’imaginaire irréalise ses cibles, cette personne photographiée qui n’est plus là, ce vol d’oiseau que je me figure sans qu’il ait traversé aucun ciel. On passe alors d’une représentation percevante à une re-présentation imageante, et du risque de l’asservissement à un geste libératoire, où la conscience néantise le monde en prenant avec lui ses distances pour affirmer son autonomie créatrice – à moins qu’elle n’y trouve l’occasion ou le support de nouvelles activités prédatrices.

Indécise nature de l’image : ce colloque s’efforcera d’en sonder flagrantes contradictions et cohérences secrètes.


 

Entrée gratuite sur réservation
Protocole sanitaire appliqué selon les mesures en vigueur
Réponse souhaitée avant le mercredi 26 janvier 2022
Contact : Paule Martin - colloques@ices.fr - 02 51 46 25 38