Nouveaux visages aux foyers de l’ICES

08/11/2019
Barbotin Visages Foyer Ste Thérèse

Pierre-Yves et Marie Barbotin sont missionnés pour 3 ans à la direction des foyers étudiants de l’ICES.

Quels sont vos parcours respectifs ?

Marie est titulaire d’un master 2 droit, spécialisée en science pénitentiaire et politique pénale. Elle a exercé pendant 7 ans comme conseillère pénitentiaire d’insertion et proba- tion pour les Services pénitentiaires d’insertion et probation (SPIP). Pierre-Yves est ingénieur de l’École centrale Paris, il a exercé pendant 10 ans à la SNCF dans des métiers de ma- nagement de terrain. Dans son dernier poste, il dirigeait les équipes d’aiguilleurs du Tarn et de l’Aveyron.

Quelle est votre mission à l’ICES ?

Nous sommes responsables des foyers de l’ICES : le foyer Sainte-Thérèse, qui a accueilli pour cette rentrée 40 étu- diants de première année, et la maison Saint-Hilaire, où logent 5 garçons. Nous participons également à la défini- tion et la mise en œuvre des actions pastorales proposées à l’ensemble des étudiants de l’ICES, avec l’aumônier, son ad- joint et les jeunes d’Ichtus (association étudiante de l’ICES).

Qu’est-ce qui vous conduit à accepter cette mission ?

Nous faisons partie de la Communauté de l’Emmanuel de- puis notre mariage. Régulièrement, nous nous interrogions sur notre désir de vivre une mission en famille. En décembre dernier, une offre de mission est parue dans la newsletter de la Communauté, afin de pourvoir cette mission des Foyers de l’ICES. Le descriptif, pourtant succinct, nous a tout de suite interpellés et le fait de côtoyer le milieu universitaire est un vrai atout pour nous, car nous avons vraiment appré- cié nos études supérieures.

Pourquoi les foyers de l’ICES sont-il confiés à la Communauté de l’Emmanuel ? Qu’est-ce-que cela implique ?

C’est une question qu’il faudrait poser au Chancelier ou au Président ! En tout cas, pour ce type de mission où l’on vit vraiment avec les étudiants, il est essentiel que l’équipe de direction des foyers porte quotidiennement les jeunes et la mission dans leur prière. Le charisme important pour cela nous semble être celui de la communion des états de vie : un prêtre, une famille, une sœur consacrée qui se reconnaissent vraiment frères et sœurs en Christ par leur baptême. Nous pensons que les étudiants peuvent être touchés par cette vie fraternelle, qui les inclut d’ailleurs par différentes propositions. Et, pour eux qui n’ont pas encore choisi leur vocation, nous sommes différents modèles, imparfaits mais réels, de prêtre, consacrée, ou famille !

Comment se sont passés vos deux premiers mois en Vendée ?

L’emménagement, la préparation de la rentrée étudiante et la rentrée en elle-même ont été fatigants, sur un rythme intense, mais nous les avons vécus paisiblement.

Nous nous sentons bien à notre place, avons été très bien accueillis par les collègues de l’ICES, et les enfants sont heureux de leur nouvel environnement. Nous découvrons peu à peu la Vendée que nous ne connaissions pas du tout : l’océan, la ville de La Roche-sur-Yon, la campagne alentour... et nous avons pris nos billets pour le Puy du Fou pour juin 2020 !